En modélisant le travail à la chaîne grâce aux données recueillies par des tags posés sur le travailleur, la société ProcSim et le CSEM ont mis au point un kit pour concilier confort et rentabilité. La technique qui consiste à capter les mouvements d’un être humain pour les reproduire sur écran n’est pas nouvelle en soi (elle fait les beaux jours du cinéma d’animation notamment), mais elle est en passe d’être exploitée pour la première fois en Suisse dans le milieu industriel.

La société ProcSim, basée à l’EPFL, et le Centre suisse d’électronique et de microtechnique (CSEM) de Neuchâtel ont mis au point un petit kit de mesures, à la demande  de Nestlé, destiné à améliorer les conditions de travail dans le cadre d’une production à la chaîne.